LA HONTE D’UN PAYS

Rarement une injustice a pu unir les opinions de tout un pays d’une manière aussi écrasante comme celle qui s’est produite à la San Fermín de 2016 et dont le procès se déroule en ce moment. L’union manifestée par le peuple espagnol dépasse de loin les limites de ce qui était imaginable.

Tout vient au milieu d’une tempête hollywoodienne appelée Harvey Weinstein.

« Je te crois » est la devise de dizaines de milliers de personnes qui ont manifesté dans les rues et les réseaux sociaux pour soutenir la jeune violée et dénoncer que ce soit elle, la victime, qui est jugée selon des critères machistes au lieu de ses agresseurs

Parce qu’il semble que manifester est le seul moyen, parce que nous vivons dans un monde où un large secteur de la société a dit assez. Assez d’abus, assez de dénigrements, assez d’inégalités. Et assez de se cacher, parce que nous n’avons peur de rien et qu’ensemble nous sommes beaucoup plus forts que ceux qui devraient être derrière les barreaux. Que les « assiettes cassées » doivent être payées par ceux qui les cassent et non par un autre et que peu importe ce qu’ils font ou qui ils veulent accuser, la vérité viendra toujours à la lumière et nous serons unis pour lutter contre tout ce qui nous arrive.

C’est dommage que de telles injustices aient lieu pour que la société prenne des mesures et montre sa désapprobation et son indignation.

Nous ne pouvons pas nous taire, non seulement pour nous, mais pour les victimes, pour ceux et celles qui ne demandent pas d’aide par peur, parce que cette fille pourrait être notre mère, notre soeur ou notre meilleure amie et parce que le droit au respect et à une vie digne, sans peur, appartient à tout le monde.

Seulement pour la justice.

Paula Sánchez (2ºBac)

Publicités

Harcèlement sexuel: le cas Harvey Weinstein secoue Hollywood

L’un des plus puissants producteurs d’Hollywood, Harvey Weinstein, est accusé de harcèlement sexuel.

C’est le New York Times qui révèle que Weinstein, 65 ans, a déjà été impliqué dans 8 affaires de harcèlement qu’il a réglé avec un accord à l’amiable avec les victimes.

Parmi elles, dans les années 90, une jeune assistante, les actrices Ashley Judd et Rose McGowan, une assistante à Londres, puis en 2015, une modèle italienne et peu après une employée de sa société.

Maintenant, il y a plus de 30 femmes qui ont décidé de raconter leurs expériences. Elles sont des actrices, modèles, secrétaires et assistantes qui travaillaient pour lui, ou serveuses qui voulaient entrer dans le monde du cinéma. Toutes elles, jeunes femmes qui ont raconté la même expérience. Il organisait des réunions dans sa chambre d’hôtel, après il essayait de s’approcher d’elles.

Il y avait des assistants qui organisaient les réunions, emmenaient les femmes aux réunions puis ils ont disparu. Il avait un grand groupe d’avocats, et c’est pour ça que jamais ne lui est arrivé quoi que ce soit.

D’autres cas de harcèlement sexuel sont sortis après le cas Weinstein comme celui de James Toback, metteur en scène, Kevin Spacey et Mel Gibson, acteurs de cinéma, et beaucoup d’autres comme le producteur de Disney.

Le cas Weinstein a servi à des centaines de femmes victimes de harcèlement sexuel pour parler sans peur.

                                                                                                 Sara Cruz et Marina Badiola (2ºBach)

Imagine que tu…

Imagine que tu es une fille qui se trouve dans une fête et que quand la fête finit tu dois aller chercher ta voiture. Quand tu es en train de la chercher, un groupe de cinq garçons te suivent et te forcent à faire quelque chose que tu ne veux pas. Ils te poussent à entrer dans un immeuble où ils te filment en train de faire des choses forcées. Après, quand ils ont eu la distraction suffisante, ils te laissent seule sans ton portable pour que tu ne puisses rien faire.

Tu te sens toute seule, tu as peur de sortir de ce lieu, mais tu dois demander de l’aide. Tu as été victime d’une violation.

Tu sors avec la peur de les rencontrer. Mais tu vas à la police pour dénoncer la situation, tu te sens mieux mais, après quelque temps, tu retires la plainte parce que tu recommences à avoir peur après voir que toute le monde doute de toi.

Un temps après, la police dit que la dénonciation semble réelle. Quand le procès arrive, l’avocat des garçons utilise ta peur contre toi pour défendre le groupe. Il y a des conversations de WhatsApp où les garçons parlent de que ils voulaient faire, et de qu’ils avaient fait, mais ça n’est pas considéré comme une preuve. En plus, ils ont embauché un détective pour voir comment tu suis avec ta vie. Et comme tu suis avec ta vie, ils utilisent ça contre toi, comme si après avoir été victime d’une violation, tu n’as pas le droit de surmonter le traumatisme et de recommencer à vivre.

Le mot d’une fille toujours sera mise en question par la société?

Ángela Arnaiz et Andrea San Emeterio (2ºBac)

Silencieuse tu n’es pas plus belle

 

Après le triste événement qui a eu lieu l’été dernier à Pampelune, maintenant c’est le tour du jugement. Contre toute attente, le juge a accepté l’informe fait par un détective selon lequel la fille ne semblait pas traumatisée après avoir subi une violation, alors que le juge n’a pas considéré que les conversations de WhatsApp, très dures, écrites par les agresseurs (appelés « la Manada »),  soient suffisantes comme preuve.

Nous vivons dans un monde où la victime est  soupçonnée au lieu des agresseurs. Cette femme, cette nuit-là, a passé le pire moment de sa vie. Toutefois, pour la justice ça n’a pas été assez et maintenant elle doit revivre ces instants où elle a senti que sa vie avait fini.

Assez ! Assez des gens sans cœur.

Tout doit changer, nous devons nous unir pour combattre cette injustice. Cette femme nous représente, à toi, à moi, à toutes les femmes qui chaque nuit retournons chez nous, pendant que la peur nous envahit. Cette peur qui devrait avoir disparu au XXIe siècle, et qui malheureusement, continue.

C’est le moment, nous ne sommes pas « la Manada », être un animal sans scrupules est passé de mode. Nous sommes plus fortes de ce que nous avions pensé, peut être comme lions qui  viennent d’être libérés.

Nous détestons la phrase : « Calladita estás más guapa ». Silencieuses nous ne sommes pas plus belles, crions à la place des femmes qui ne peuvent pas !

Sofía Sánchez (2ºBac)

Mérites de femmes dans un monde d’hommes

Patricia Ortega

C’est la première colonelle de l’armée espagnole. Elle fait partie de l’armée dès 1988, quand les femmes ont commencé à être militaires.

Elle a deux étoiles de huit pointes, et à 53 ans, elle a renoncé aux mêmes choses que les autres militaires hommes et elle a pu former une famille.

Noa Jansma

C’est une fille de 20 ans des Pays Bas  qui a fait un profil d’Instagram pour montrer les photos qu’elle fait à ses harceleurs.

Dans son profil, elle explique pourquoi elle pense qu’ils l’ont harcelée.

Elle leur dit si elle peut faire une photo avec eux et la plupart d’hommes posaient avec Noa.

En seulement un mois elle a photographié 21 harceleurs.

Laura Pla (2ºBac)

 

NON , c’est NON

NON, signifie NON

Harceler n’est pas flirter

Insister est harceler, harceler est agression

Je m’habille comme je veux!

Ne contrôle pas mon portable!

Je ne suis pas à toi!

Mon corps est à moi!

Quand c’est NON, c’est NON!

Dans NON, c’est quoi que tu ne comprends pas?

NON, au harcèlement sexuel!!

Ne sois pas complice!

Nous ne nous tairons plus!!

Conférence sur les réfugiés

Nous avons organisé une conférence sur la crise des réfugiés dans notre lycée pour les élèves de 1º y 2º bachiller. Tout d’abord nous avons passé une vidéo pour qu’ils aient une vision générale du problème

Puis, nous avons réçu 3 jeunes enseignantes qui sont allées cet été  travailler dans les camps des réfugiés d’ Athènes. Elles nous ont raconté leur expérience, dure et gratifiante et ont animé nos jeunes étudiants à faire du bénévolat et à être solidaires envers leurs autres.

https://docs.google.com/presentation/d/1LPAQ5p7zFXh6JHEzHNgiV6HottpBrvAE3lpomI-DWDQ/edit#slide=id.p

Finalement une représentante du Centre d’Accueil d’Étrangers de la Croix Rouge Torrelavega nous a parlé comment  on fait l’accueil des étrangers qui arrivent en Cantabrie, quels sont les problèmes qu’ ils rencontrent dès leur arrivée et comment la Croix Rouge essaie de répondre à leurs besoins. Elle a voulu montrer aux jeunes qu’ ils peuvent être utiles aussi dans notre région.

Nous avons vu aussi cette vidéo d’Amnistie Internationale qui montre que la solidarité peut se monter aussi juste avec un regard.