Imagine que tu…

Imagine que tu es une fille qui se trouve dans une fête et que quand la fête finit tu dois aller chercher ta voiture. Quand tu es en train de la chercher, un groupe de cinq garçons te suivent et te forcent à faire quelque chose que tu ne veux pas. Ils te poussent à entrer dans un immeuble où ils te filment en train de faire des choses forcées. Après, quand ils ont eu la distraction suffisante, ils te laissent seule sans ton portable pour que tu ne puisses rien faire.

Tu te sens toute seule, tu as peur de sortir de ce lieu, mais tu dois demander de l’aide. Tu as été victime d’une violation.

Tu sors avec la peur de les rencontrer. Mais tu vas à la police pour dénoncer la situation, tu te sens mieux mais, après quelque temps, tu retires la plainte parce que tu recommences à avoir peur après voir que toute le monde doute de toi.

Un temps après, la police dit que la dénonciation semble réelle. Quand le procès arrive, l’avocat des garçons utilise ta peur contre toi pour défendre le groupe. Il y a des conversations de WhatsApp où les garçons parlent de que ils voulaient faire, et de qu’ils avaient fait, mais ça n’est pas considéré comme une preuve. En plus, ils ont embauché un détective pour voir comment tu suis avec ta vie. Et comme tu suis avec ta vie, ils utilisent ça contre toi, comme si après avoir été victime d’une violation, tu n’as pas le droit de surmonter le traumatisme et de recommencer à vivre.

Le mot d’une fille toujours sera mise en question par la société?

Ángela Arnaiz et Andrea San Emeterio (2ºBac)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s