C´EST QUOI LE SLAM?

SLAM (Poésie)

Le slam est un art d’expression populaire oral, déclamatoire, qui se pratique dans des lieux publics comme les bars ou d’autres lieux associatifs, sous forme de rencontres et de joutes oratoires.

On vient y dire, lire, scander, chanter, jouer des textes sur des thèmes libres et parfois imposés.

L’entrée est le plus souvent libre ou à prix minime. La plupart des scènes sont des scènes ouvertes, avec un alibi convivial, « l’exception culturelle » à la française, servant de signe de ralliement aux poètes hexagonaux : 1 poème dit = 1 verre offert.

Il n’y a pas de limites : âge,style… etc. Le jugement est très rare pendant les scènes slam. Les débutants sont encouragés plutôt que critiqués.

Chacun, artiste ou non, participe généralement pour le plaisir de partager son texte.

Etymologie

Le mot slam désigne en argot américain « la claque », « l’impact », terme emprunté à l’expression to slam a door qui signifie littéralement « claquer une porte ». Dans le cadre de la poésie orale et publique, il s’agit d’attraper l’auditeur par le col et de le « claquer » avec les mots, les images, pour le secouer, l’émouvoir.

Une autre explication du terme est donnée par l’initiateur du mouvement, Mark Smith (intervention en 2005 au Grand Slam national de Nantes): il explique avoir choisi ce terme pour son sens sportif et ludique de « schlem » (en basket, bridge…)

Histoire

Le slam est né en 1984 lorsque Marc Smith, ouvrier en bâtiment et poète, mit en place un jeu de poésie dans un club de jazz à Chicago. Il cherchait à donner un nouveau souffle aux scènes ouvertes de poésie en faisant participer le public aux scènes.

Mark Smith indique ainsi qu’il « détestait les scènes ouvertes de poésie – souvent longues et ennuyeuses ». Son but était de créer une mise en scène ludique pour améliorer la qualité du spectacle. Mais aussi de mettre à mal la notion de qualité dans la poésie: quelques personnes, membres d’un jury arbitraire, exprimaient leur goût subjectif.

Il a suscité un engouement populaire qui lui a permis peu à peu de se propager à New York puis jusque dans le monde entier.

Règles des scènes de slam

Les règles des scènes ouvertes de poésie sont :

  • inscriptions ouvertes à toutes et tous ;

  • performance a cappella ;

  • absence de décorations sonores, lumineuses ou vestimentaires ;

  • liberté de l’expression ;

  • temps de parole de 3 minutes maximum.

La grande majorité des scènes appliquent ces règles de base, même si quelques-unes, rares, accueillent des musiciens.

Les règles des joutes de poésie y ajoutent :

  • un jury, choisi au hasard dans la salle, note les poètes ou équipes de poètes (poèmes collectifs).

  • on doit être l’auteur du texte que l’on présente au public

  • le but de jeu n’est pas de gagner ou ce que l’on gagne — le but du jeu est la poésie (et le spectacle)

Les scènes slam pratiquant ces règles du jeu incluent: le Grand Slam National, le Slam United, et divers slams en France (Nantes, Reims, Rennes, Tours…) Cette approche, inventée par Mark Smith, est majoritairement pratiquée au niveau international: IWPS (individual world poety slam), German International Poetry Slam, Harlem Poetry Slam (Hollande)…

Un petit nombre de scènes (2 à Paris?) font voter toute la salle (cartons colorés comme dans les matchs d’impro, applaudimètre).

Considérations critiques et sociales

Le slam est considéré par beaucoup comme une des formes les plus vivantes de la poésie contemporaine, un mouvement d’expression populaire, initialement en marge des circuits artistiques traditionnels. C’est un art du spectacle oral et scénique, focalisé sur le verbe et l’expression brute avec une grande économie de moyens, un lien entre écriture et performance.

Si des poètes, en particulier issus de la mouvance hip hop, le revendiquent comme issu de la rue comme le rap à ses débuts, il est néanmoins pratiqué par des poètes de tous styles, de tous milieux sociaux, en ville comme à la campagne.

Acteurs et activistes

En France, le slam se développe depuis le milieu des années 1990, en particulier sous l’impulsion du poète-acteur Pilote le Hot et d’autres comme Nada, puis de l’association Uback Concept ou du Collectif 129H. Les scènes ont fleuri dans les bars du 18e et du 20e arrondissements de Paris avant de se propager dans toute la France.

L’album Midi 20 du jeune slammeur de Saint-Denis (93) Grand Corps Malade est le premier disque issu du mouvement slam français à bénéficier d’une bonne couverture médiatique radio/TV. Il connaît dès sa sortie un succès public inattendu et, se hissant aux premières places des ventes d’albums, fait connaître le genre à un très large public en dépassant de fait son audience initiale.

source: fr.wikipédia

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s