Notre super échange franco-espagnol: Santoña-Lannion

Du 11 au 18 octobre 2016 nous sommes parties vers Lannion un petit groupe de 11 élèves de 4º ESO et 1º Bachiller et 2 profs. On n’était que des filles, dommage, les garçons n’ont as voulu nous accompagner. Le voyage a été long car on l’a fait en bus depuis Laredo et pendant la nuit, mais notre motivation était au-delà des fatigues. On est arrivées à Rennes, on a fait une visite guidée de la ville et puis on s’est promenées un peu avant de prendre le train pour Lannion. Tout le monde a aimé!!

Avant l’échange les élèves avaient  chatté avec leurs correspondants et on pensait que cela ferait la rencontre moins difficile mais elles étaient quand même assez nerveuses avant d’y arriver.

L’ accueil des familles et des profs a été super pendant toute la semaine. Les jours de classe tout le monde allait en cours et les week-end les familles s’en occupaient et c’est avec elles qu’on a eu l’ occasion de mieux connaître la vie en France et la région. Pendant la semaine les profs français nous avaient élaboré un super plan d’activités comme quoi on a connu Tréguier, Paimpol, l’abbaye de Beauport, l’Ile Grande et bien sûr Lannion. On a fait des visites guidées, un jeu de piste, des danses bretonnes, une soirée crêpes et on a même appris quelques mots de breton.

Nous sommes rentrées par le même moyen  mais les élèves étaient beaucoup moins motivées pour avoir quitté leurs correspondants. Elles ont tout apprécié: la vie au lycée, les visites et activités et surtout les familles et les amis qu’elles ont faits. Et nous aussi, bien sûr!!! On a déjà hâte qu’ils reviennent mais pour cela il faudra attendre le 2 mai 2017.  Kenavo!!!

Exposition au lycée Manzanedo. Amnistie Internationale: Contre la violence à l’ égard des femmes

 

La semaine du 15 au 20 octobre 2016 il y a eu une exposition faite par Amnistie Internationale au lycée Marqués de Manzanedo de Santoña, sur la discrimination et la violence à l´égard des femmes dans le monde actuel. Cette exposition a été organisée par la professeure d’Histoire et la professeure de Philosophie au motif de la Journée Internationale contre la violence de genre. Il y avait seize panneaux dans le couloir principal.

La discrimination est la conséquence de certaines valeurs historiques et culturelles et l’application de certaines normes. L’origine du problème est dans le manque d’égalité dans l’accès aux opportunités qui empêche les femmes d’exercer leurs droits et libertés.

La violence se manifeste dans le milieu familier et dans des milieux plus importants comme la guerre et les camps de réfugiés. Par exemple dans des situations de guerre autant les femmes que les filles sont violées pour humilier l’ennemi.

La discrimination n’existe pas seulement dans des pays sous-développés mais aussi dans des pays plus avancés, comme l’ Espagne, le Royaume Uni… On peut la voir dans les différences entre salaires et dans le domaine judiciaire.

Suite à la Première Guerre Mondiale, les femmes se sont groupées pour combattre la violence et s’opposer à la discrimination des femmes dans le monde.

Au niveau régional, il est important de parler de deux associations:

  • Association Consuelo Berges de femmes divorcées: un groupe de femmes séparées a décidé de se réunir et de créer en 1995 cette association.
  • Association CAVAS: depuis 1987 un groupe de femmes a lutté pour proportionner une assistance intégrale à toute victime d’une agression sexuelle.

La législation internationale fait porter la responsabilité des viols aux États. La résolution 1325 de l’ONU définit la participation des femmes dans la prise de décisions pour la prévention et la solution des conflits armés. On a obtenu que la violation soit considérée un crime de guerre.

Pour finir, Amnistie Internationale a fait cette campagne internationale contre la violence à l’ égard des femmes . Son objectif est d’obtenir que les États soient responsables des viols des droits humains.

(élèves de 2º Bachiller)